berger australien bleu merle

Il faut également souligner qu’avant de diminuer dans les années 2000, la pauvreté avait augmenté en Russie et en Afrique du Sud pendant la décennie 1990. 13Une fois la décolonisation achevée, des politiques économiques nationales ont été mises en place, avec des stratégies autonomes d’industrialisation par substitution aux importations (« import substitution industrialisation », ISI). Confédération Syndicale Sud-africaine, 1998. (2007), “Poverty and Inequality after Apartheid, Paper presented for the second ‘After Apartheid Conference’”, Sengupta, R. & Ghosh, J. Dynamique des inégalités et de la pauvreté des BRICS dans une perspective comparative, 1.1 L’évolution de la croissance et des inégalités de revenus, 1.3 Évolution de la pauvreté et des niveaux de vie, 2. Mais il n’est pas parvenu à effectuer des changements suffisamment rapides pour éviter la chute du système soviétique. 75L’Inde a connu un creusement très important de l’inégalité des salaires au fil des ans : le rapport interdécile de la distribution des salaires a doublé depuis le début des années 1990. Comme une alliance étroite entre l’État et le capital était difficile à gérer, la vie politique à l’intérieur de ces États a été souvent répressive et autoritaire, avec des leaders utilisant la mobilisation idéologique (le nationalisme ou l’anticommunisme) pour gagner l’acceptation de la société. Mais le niveau d’inégalités est resté très élevé. Durant les années 2000, la croissance s’améliore et une politique sociale plus intense fait reculer la pauvreté, mais l’Afrique du Sud reste parmi les pays les plus inégaux de la planète. 18S’il est vrai qu’il n’existe pas un indicateur de pauvreté unique, l’utilisation de plusieurs indicateurs peut donner une idée sinon exacte du moins approximative de la réalité des niveaux de vie des populations de chaque pays dans une perspective comparative. La production industrielle a fortement baissé. La première décennie a été celle d’un certain relâchement du contrôle du parti sur la société. 73Deaton & Drèze (2002) font le bilan de dix ans de libéralisation économique et de creusement des écarts sociaux et géographiques, suggérant l’idée suivant laquelle, en matière de niveau de vie, deux Indes cohabiteraient dans le sous-continent : la moitié sud-ouest représentant l’Inde prospère ; et le nord-est qui reste à la traîne. South Africa 2000. Il arrive cependant que certaines de ces entreprises connaissent des difficultés (Dubaï World) [96]. La diminution des inégalités est aussi la conséquence de la croissance des revenus du travail, comme nous l’avons noté auparavant. C’est surtout Park Chung Hee qui a rétabli la continuité avec la période coloniale, en reconstruisant un État de type autoritaire et interventionniste, sur le modèle japonais. (1998), Income, Inequality and Poverty During the Transition from Planned to Market Economy, World Bank, Washington. 108L’exemple brésilien est important pour démontrer qu’un pays peut « émerger » tout en réduisant les inégalités (même si le niveau d’inégalités reste encore élevé). Le risque de l’épuisement d’un tel modèle devrait réorienter les sources de la croissance vers le marché intérieur. 40Selon les enquêtes d’emploi, le taux de chômage, pratiquement inexistant à l’époque soviétique, atteint 13 % en 1999 (UNICEF, 200714). Cela signifie que les ajustements et les hausses du salaire minimum ne sont plus négociés en fonction des circonstances historiques, mais qu’un objectif à plus long terme est fixé pour la revalorisation du salaire minimum. L’économiste signale un « gonflement » de chiffres officiels dans un pays où « […] la croissance est devenue un drapeau qui donne des ailes aux récents gouvernements indiens ». South Africa 2000. Tregenna, F. & Tsela, M. (2012), “Inequality in south Africa: The Distribution of Income, Expenditure and Earnings” in Development Southern Africa, vol. 29, no 1, p. 35-61. Ces choix ont ainsi placé l’île État à la tête du développement en Asie du Sud-Est [39]. En revanche, la politique industrielle y était embryonnaire et la classe des capitalistes locaux était trop peu nombreuse [5]. Malgré l’effet récessif associé à la plupart des mesures du « consensus de Washington », ce paradigme n’a pourtant pas été abandonné. Amérique latine/Asie : une comparaison économique, Paris, La Découverte. Ces politiques publiques mises en place par les gouvernements étaient très importantes, mais il faut aussi souligner l’impact des perspectives étrangères, avec des marchés régionaux à fort potentiel et des taux de change fixes avec le dollar. Le PNUD fonde ses analyses sur les notions de capacités, d’opportunités et de potentialités. , United Nations Development Programme, Beijing/New York. Ce processus de modernisation et d’industrialisation a été poursuivi par Juscelino Kubitschek (1956-1960). Mais les pays développés se sont épuisés à sauver les banques en leur prêtant de l’argent. À ces énormes contributions s’est ajouté, fin 1997, le sauvetage d’urgence des pays asiatiques. Les crises financières se sont multipliées dans les pays émergents à la fin des années 1990 et au début des années 2000 (Mexique, 1995 ; Asie de l’Est et du Sud-Est 1997-1998 ; Brésil 1999 ; Argentine 2002) [62]. 60Le FMI a alors commencé à réviser ses politiques. (2007), Flat World, Big Gaps. Les revenus ont augmenté d’une manière beaucoup plus importante dans le quintile supérieur, créant une société plus polarisée. Nous entendons par « vecteurs de changement des inégalités » la combinaison des facteurs institutionnels, économiques et politiques qui, à un moment donné, ont eu une influence prépondérante sur le changement des niveaux des inégalités dans un pays. 7La notion d’« économies émergentes » faisant référence à la croissance liée au processus de transformation économique et plus précisément d’ouverture commerciale et financière, étudier les évolutions observées au sein des BRICS dans une perspective comparative présente un intérêt particulier pour le débat « inégalités-mondialisation6 ». 42Dans les années 1990, les transferts en Russie n’ont pas aidé à compenser l’augmentation des inégalités de salaires. Walter, G. (2003), « Tour d’horizon. De tous les pays observés, le Brésil est le seul qui a eu à la fois une croissance soutenue de la production et une réduction significative des inégalités. 66Après l’indépendance de 1947, l’Inde avait suivi une stratégie de développement basée sur la planification et qualifiée d’« économie mixte ». (2007), Flat World, Big Gaps. Les grands travaux d’infrastructures de ce « Programme d’accélération de la croissance » (PAC) étaient destinés à moderniser le pays et à soutenir des perspectives économiques déjà prometteuses. Les réformes proposées visaient à créer un marché de l’emploi flexible et impliquaient le développement de deux secteurs, l’un se caractérisant par des standards élevés et des salaires relativement corrects, l’autre par standards peu élevés et l’absence de salaire minimum. Tableau 2. Il a mis des « conditionnalités » à l’octroi d’un prêt. Les gouvernements de ces pays ont profité des avantages comparatifs (des ressources naturelles abondantes et variées, une main-d’œuvre disciplinée et bon marché…). C’est ce genre de mesures qui a valu au FMI sa réputation de « méchant » gendarme de la finance internationale, peu soucieux de la souveraineté des pays et des conséquences sociales de ses préconisations. Désordres économiques, conflits politiques, décomposition militaire, Paris, La Découverte. 54Les protagonistes des crises de la dette des années 1980 étaient des États. 5Toutefois, en ce qui concerne le sujet abordé ici, la dynamique « croissance-inégalités-pauvreté », le choix d’étudier les « BRICS » selon une perspective comparative présente un double intérêt : 6Malgré des caractéristiques communes, il n’y a pas de modèle unique. (2007), et Tregenna & Tsela (2013). 5 À exception de la Russie qui, selon le dernier classement de la Banque mondiale (2013), fait partie du groupe des pays à revenus élevés (12 616 dollars ou plus). L’approche de la pauvreté en termes de capacités se concentre sur des états possibles (potentialités), tout en distinguant, lorsque c’est possible, le choix qu’un individu possède mais néglige délibérément. 117La Chine a suivi une stratégie de transformation et d’ouverture plus graduelle et prudente avec une forte intervention de l’État. Gustafsson, B., Shi, L. & Nivorozhkina, L., “Why Are Household Incomes More Unequally Distributed in China than in Russia?” in Cambridge Journal of Economics, vol. 35, p. 897-920. Le modèle brésilien, basé sur l’essor des secteurs liés aux ressources agricoles d’exportation, dépend néanmoins de l’évolution du cours des matières premières et de la situation internationale. Toutefois, la généralisation s’arrête là, car le rythme de la croissance économique et l’évolution des inégalités diffèrent largement d’un pays à l’autre. & Özler, B. Les goulets d’étranglement sont nombreux : dépendance énergétique, retard criant des infrastructures de transports (routes, ports, aéroports), mais aussi inefficacité du système de formation, malgré les efforts qui y sont consacrés. (Id.). Celui-ci est une mesure composite qui inclut des indicateurs correspondant à trois dimensions : longévité, niveau d’instruction et maîtrise des ressources nécessaires pour un niveau de vie décent. 20Le développement économique le plus important fut constitué par le succès rapide des militaires brésiliens. Le système économique y était très centralisé [56]. Par ailleurs, l’impact psychologique de la crise internationale, qui avait largement épargné les ménages urbains chinois lors de la crise asiatique de 1998, les touchait cette fois plus directement. Leur réussite ne peut s’expliquer que par le rôle particulier joué traditionnellement par l’Etat dans ce type de pays, surtout en Asie et, à un degré moindre, en Amérique Latine, English abstract on Cairn International Edition. L’effondrement de la structure administrative de l’État durant la première décennie de transformation post-socialiste est la conséquence partielle de cette stratégie qui, dès le début, a dénigré le rôle de l’État dans la conduite des réformes. 133De surcroît, au niveau empirique, l’analyse des trajectoires des BRICS en termes de croissance, d’inégalités et de pauvreté nous permet d’avoir une réflexion sur les limites et les contradictions des modèles de croissance des pays émergents. Il a été successivement, et parfois en même temps, planificateur et dirigiste, développeur et protecteur, libéral et régulateur. Des investissements publics dans des secteurs cruciaux de l’économie, tels que l’agriculture, le développement rural, l’infrastructure sont coupés. & Woolard, C. (2007), “Poverty and Inequality Dynamics in South Africa : Post-apartheid Developments in the Light of the Long-Run Legacy” in Southern Africa Labour & Development Research Unit, University of Cape Town, South Africa. 17Cependant, dans le contexte de cette politique d’industrialisation par substitution aux importations (ISI), les capacités de développement de l’État brésilien étaient limitées. Sous Deng Xiaoping, les réformes ont été graduellement administrées. 47La reprise de la croissance économique à partir de 1999, accompagnée de meilleures conditions institutionnelles, du retour de l’État et d’une politique sociale importante ont entraîné une diminution marquée de la pauvreté. 24Ces difficultés dans la politique économique ont causé une situation difficile pour les gouvernements militaires. L’Inde a décollé [55]. Il amalgamait des mesures nouvelles et des projets déjà programmés ; quant à son financement, le budget central devait en couvrir environ 30 %, mais il s’appuyait aussi sur la contribution des gouvernements locaux [87]. Mais les politiques économiques qu’elle a mis en œuvre divergent significativement des politiques appliquées dans la plupart des pays à revenus faibles et intermédiaires qui se sont « insérés » dans le processus de mondialisation. Ravaillon, M. & Chen, S. (2007), “China’s (Uneven) Progress Against Poverty” in Journal of Development Economics, vol. 82, no 1, p. 1-42. À la différence du reste des BRICS, cette expansion économique a été accompagnée d’une réduction significative des inégalités. La perspective du « découplage » entre pays émergents et pays avancés avait d’abord été présentée [81]. Il a lui aussi été obligé de démissionner en juin 1982, à la suite de l’échec de la guerre des Malouines. La libéralisation financière n’a pas été synonyme de croissance accélérée, ni de réduction rapide de la pauvreté. 136Les pays comme le Brésil et la Russie ont été touchés de plein fouet par la crise tandis que l’Afrique du Sud et la Chine ont connu, quant à eux, un certain ralentissement. Comme nous pouvons le voir avec le graphique 6, les inégalités à l’intérieur des zones rurales et urbaines sont plus importantes en Afrique du Sud et au Brésil qu’en Chine et en Inde. Le bilan de la période a été remarquable en termes de croissance. Le second seuil est considéré comme étant un meilleur indicateur de la pauvreté pour ces populations. (2006), “Not Separate, Not Equal: Poverty and Inequality in Post-Apartheid South-Africa” in, The William Davidson Institute Working Paper n, Jayadev, A. Mais ces pays ont prouvé qu’ils étaient capables et prêts à répondre à la crise économique et financière (Sur la façon dont la crise financière et la récession mondiale ont accéléré la montée de la Chine et des autres pays émergents [90]. 36Eltsine – entouré d’un groupe d’économistes néolibéraux dirigé par Yegor Gaïdar – fit très vite appel au FMI, à la Banque mondiale et à la BERD pour la préparation d’un plan détaillé de coopération et de participation dans les réformes économiques. En effet, aucune économie n’a de projet de développement aussi précis et clairement intégré à sa planification économique que la Chine, avec son programme d’adaptation de sa structure économique et sociale, en termes de capital humain, d’innovation technologique et d’économie verte, dont l’objectif ultime est de rééquilibrer l’économie en faveur de la consommation intérieure. Lustig, N. & McLeod, D. (2011), “Inequality and Poverty under Latin America’s New Left Regimes”. En quelques mois, l’effondrement du système financier international a déséquilibré la balance des paiements brésilienne. Néanmoins, l’accès à ce permis a été largement inégal selon les différentes régions. Graphique 3. La notion trop simple que les administrations communistes étaient tellement liées à la planification centrale qu’elles bloquaient toutes les tentatives de changement était donc fausse [79]. Les pays émergents constituent, le plus souvent, des économies mixtes au sein desquelles coexistent un important secteur public, dominé par quelques grandes entreprises publiques, et un secteur privé constitué de groupes familiaux dont certains sont devenus de véritables empires industriels.

Restaurant Martel Michelin, Duffy Disney Store, The Heart Asks Pleasure First, Achat D'œuvres D'art, Location Appartement Albertville Avec Garage, Adaptateur Manette Ps4,

Les commentaires sont fermés.